Clubhouse : qui peut accéder à la beta Android ?

Sommaire

[Mise à jour du 10 mai 2021 à 18h08]Attendue depuis plusieurs mois, la version Android de l’application la plus hype du moment pointe enfin le bout de son nez. Au risque de doucher les plus enthousiastes, il faut néanmoins préciser qu’il s’agit d’une beta accessible uniquement… aux Etats-Unis. Pas de chance donc pour les Français qui vont devoir patienter un peu plus. Clubhouse parle de “jours / semaines” à patienter, dans un tweet. Belle prouesse en tout cas pour le réseau social, qui a réussi, quelques semaines après le recrutement de sa première développeuse Android, à lancer une première version. Une version qui, toujours sur invitation, doit lui permettre de rivaliser avec les nombreux copycats que lancent les géants de la tech, Twitter, Facebook, Spotify et Slack en tête. Rappelons que Clubhouse a annoncé une nouvelle levée de fonds, dont le montant n’a pas été communiqué, mais qui valorise l’application près de 4 milliards de dollars selon Bloomberg. Les fonds Andreessen Horowitz, DST Global, Tiger Global et l’homme d’affaires Elad Gil sont les principaux contributeurs. Des fonds qui permettront à Clubhouse d’accueillir “plus d’utilisateurs”, “renforcer son infrastructure” et “soutenir les créateurs” organisant des discussions en direct”. 

Android is finally here! You can download the Clubhouse beta right now in the US, & around the world in the coming days/weeks.

Before you ask…yes, still invite-only. We’re managing growth so we can build more sustainable infrastructure before the floodgates open. Soon(ish)! pic.twitter.com/EdltTZS0hD

— Clubhouse (@Clubhouse) May 9, 2021

Clubhouse app : qu’est-ce que c’est ?

L’application vocale Clubhouse a été lancé en Californie en mars 2020 par Paul Davison et Rohan Seth, deux Américains bien connus de la Silicon Valley. Le premier est à l’origine de l’application sociale Highlight alors que son acolyte était ingénieur chez Google. Pour l’instant uniquement proposée sur IOS, elle permet à ses utilisateurs de rejoindre des salles de discussion, des rooms, au sein desquelles sont débattues, à des heures précises, des thématiques allant de l’entrepreneuriat, au développement personnel, en passant par des sujets de société. Pas de vidéo ou de photo sur Clubhouse, uniquement de la voix, dans une expérience qui s’apparente un peu à une table-ronde à la sauce podcast. L’application, pour l’instant en bêta, a généré près de 10 millions de téléchargements dans le monde. En France, ils sont toutefois à peine 90 000 à avoir téléchargé l’application. Dépourvu de modèle économique (il n’y a pas de publicité, pas plus que de système freemium), Clubhouse serait pourtant déjà valorisé près d’un milliard de dollars. L’application est présente partout dans le monde, à l’exception de la Chine où elle a été bloquée le 8 février 2021.

Paul Davison a officialisé le 14 mars le lancement du premier accélérateur de créateurs de contenus made in Clubhouse. Baptisé Clubhouse Creator First, le programme doit permettre aux utilisateurs les plus actifs et prometteurs à gagner en popularité au sein de se réseau. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 31 mars, date à l’issue de laquelle Clubhouse sélectionnera 20 créateurs. Ces créateurs bénéficieront d’un accompagnement qui va de l’aide à la création de contenus pertinents en passant par la mise en relation avec des annonceurs susceptibles de monétiser leurs émissions / rooms. Un premier pas vers la monétisation donc. Autre nouveauté annoncée, l’arrivée d’une fonctionnalité permettant d’échanger des liens au sein d’une room. Un moyen d’appuyer ou d’illustrer un propos, un chiffre… Paul Davison a également précisé qu’il ne sera plus nécessaire de donner accès à son carnet d’adresses à l’application pour inviter ses amis. Un système qui était lourdement critiqué car peu compatible avec le RGPD. Un outil sera déployé pour permettre à ceux qui le désirent de supprimer leurs listes de contacts. Pas d’infos, en revanche, concernant le lancement d’une version Android.

Comment fonctionne l’application Clubhouse ?

Sur Clubhouse, comme sur tout réseau social, on se crée un profil et on s’abonne à des comptes qui nous sont proposés en fonction de nos centres d’intérêts et de notre carnet de contacts. L’application impose à chaque utilisateur d’associer un numéro de téléphone et de donner sa véritable identité (bien qu’elle ne la vérifie pas vraiment). Les discussions s’organisent au sein de rooms, des salles de réunions qui s’ouvrent à des heures précises pour discuter de sujets bien précis, dans l’entrepreneuriat, le divertissement ou encore le développement personnel. Ces discussions, à mi-chemin entre la table-ronde et le format podcast, ont une dimension participative. Une fois la discussion lancée, les participants peuvent demander à intervenir, via la fonctionnalité “lever la main”. Les administrateurs de la salle peuvent alors décider de les faire “monter sur scène”. Un onglet “Explorer” permet de découvrir des nouvelles salles, classées par thématiques, pouvant accueillir jusqu’à 5 000 personnes en même temps. Leurs organisateurs peuvent décider de rendre ces salles publiques, et donc ouvertes à tous, ou privées, et donc ouverte uniquement à une typologie de profils. “Nous rassemblons entre 500 et 1 000 personnes chaque jour au sein de nos rooms Clubhouse”, vient d’annoncer le fondateur de Feed, Anthony Bourbon. La DNVB, qui est parmi les marques les plus actives au sein de l’application, organise trois rooms par jour. Son fondateur espère créer une communauté de 100 000 personnes d’ici juin…

Comment obtenir une invitation Clubhouse ?

Il vous faudra sans doute faire preuve de patience pour faire partie de Clubhouse qui, durant sa bêta, a fait le choix de ne s’ouvrir qu’à quelques privilégiés. L’application a en effet choisi de se développer via un système de parrainage. Un modus operandi qui explique une partie de son succès, l’application jouant sur l’effet Fomo (fear of missing) qu’elle peut susciter chez le grand public. Chaque nouvel utilisateur reçoit deux invitations qu’il peut distribuer à sa guise. Ces dernières sont tellement rares qu’elles se monnayent désormais sur le Web, avec des mises aux enchères qui valorisent une invitation sur Clubhouse jusqu’à 200 dollars. Sans doute soucieuse d’éviter les débordements, l’application a décidé de rendre chacun responsable du comportement de ses invités. Les excès d’un utilisateur rejailliront sur celui qui l’a introduit au sein de la plateforme, lui-aussi susceptible d’être exclu en cas de comportement inapproprié. Les plus patients peuvent télécharger l’application, se mettre sur liste d’attente et y réserver un pseudo, qui leur sera octroyé, une fois que Clubhouse leur ouvrira l’accès.

Télécharger Clubhouse

Pour l’heure, l’application Clubhouse n’est proposée sur IOS. Il faut donc obligatoirement se rendre sur l’App Store pour télécharger l’application.  Pour télécharger Clubhouse sur IOS, cliquer ici.

Clubhouse sur Android : c’est pour quand ?

L’iPhone est pour l’instant le seul smartphone capable de faire fonctionner l’application Clubhouse. Les fondateurs ont décidé de remettre à plus tard un lancement sur Android.

Clubhouse et données privées

La Cnil vient d’annoncer l’ouverte d’une enquête visant les pratiques de Clubhouse en matière de données personnelles. Le gendarme veut notamment s’assurer que le réseau social respecte bien le règlement souverain en la matière en Europe, le RGPD. Clubhouse n’ayant aucun établissement en Europe, le mécanisme de guichet unique ne s’applique pas, laissant toute latitude au gendarme français pour intervenir et formuler une sanction pouvant s’élever jusqu’à 20 millions d’euros ou 4% du chiffre d’affaires (mais Clubhouse ne gagne à date aucun revenus). L’institution précise par ailleurs être le destinataire d’une pétition rassemblant à ce jour plus de 10 000 signatures pour l’alerter sur de possibles atteintes à la vie privée par l’application. Lancée il y a plus d’un an, mais bénéficiant d’une véritable popularité en France uniquement depuis le début de l’année, l’application a en effet recours des pratiques qui semblent peu compatibles avec le RGPD. Elle importe automatiquement le carnet de contacts de chaque utilisateur, pour créer un profil à tous les membres de carnet de contacts, qu’ils aient l’application ou non. Elle enregistre également toutes les discussions qui se tiennent au sein des salles. Un moyen pour Clubhouse de s’assurer que ces dernières ne sont pas problématiques. La France est loin d’être le seul pays où ces problèmes font surface. Une association allemande de consommateurs a notifié la maison mère de Clubhouse, Alpha Exploration and co, en janvier 2021, de ses manquements en la matière, l’accusant de “graves lacunes juridiques” et de contrevenir au règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD). En réponse à toutes ces polémiques, Paul Davinson, a annoncé mi-mars que cet accès aux données du répertoire téléphonique ne serait plus permis et que les premiers utilisateurs pourraient demander à le révoquer. 

The post Clubhouse : qui peut accéder à la beta Android ? first appeared on ProcuRSS.eu.